Promenade dans le quartier de Bercy

Cette promenade va débuter en bord de Seine, port de la Râpée au niveau du viaduc d’Austerlitz. (Pour celà, le plus simple est de partir de la Gare de Lyon et d’arriver par le boulevard de Diderot, puis par la rue Traversière).
Nous resterons au bord de l’eau jusqu’au ministère de l’Economie et des Finances qui s’avance en surplomb au dessus du quai.
Depuis toujours, le fleuve a longtemps joué un rôle prédominant dans ce quartier, comme l’atteste la découverte à Bercy de dix pirogues datant du quatrième millénaire avant J.C.
A l’intersection du boulevard de Bercy et des quais de la Râpée et de Bercy se trouvait autrefois la barrière de la Râpée, d’où les agents de l’octroi surveillait la navigation sur Seine. Une patache permettait le contrôle des bateaux qui arrivaient par la Seine. Afin d’éviter de payer l’impôt, le  vin qui arrivait par bateau en provenance de la Bourgogne et des pays de la Loire était déchargé quai de Bercy, avant le passage de l’octroi. Puis le commerce de vins se développa et progressivement des entrepôts de vin s’établirent sur un ancien vaste domaine et finirent par couvrir une superficie de 42 hectares entre le quai de Bercy, le boulevard et la rue de Bercy, et le boulevard Poniatowski.  

Cette promenade sur les pas d’Atget est en grande partie une promenade fantôme : les activités portuaires du quai de la Râpée ont disparu et les docks ont été engloutis sous l’asphalte de la voie expresse. Par beau temps, la promenade en bordure des anciens ports de la Râpée et de Bercy est agréable : les bateaux restaurants offrent de belles terrasses et la vue sur de nouveaux bâtiments emblématiques de la rive gauche montrent un aspect moderne de Paris.

Puis nous nous engagerons dans le parc de Bercy. Les entrepôts de vin de Bercy gagnés par les nouvelles techniques de stockage ont disparu sous l’herbe du palais Omnisport et du parc de Bercy, particulièrement attrayant dans sa deuxième et troisième partie qui offrent de beaux jardins agrémentés de vignes et de bassins. Cour Saint-Emilion, d’anciens chais ont été préservés ainsi que ceux des anciens entrepôts Lheureux, de l’autre côté de la rue, qui abritent aujourd’hui le musée des Arts forains, ainsi qu'une école de Boulangerie et de Pâtisserie.

De continuels changements sont entrepris dans ce quartier, y compris dans des coins que l’on aurait pu penser être préservés : ainsi le Tunnel des Artisans rue Baron le Roy, en activité depuis 1840, seul et dernier réfrigérateur naturel de Paris utilisé par des producteurs et des artisans, est touché  par le projet  Bercy Charenton qui couvre 63 hectares. Ainsi que le bastion 1 des fortifications, inscrit aux monuments historiques, qui est en train d’être aménagé pour accueillir un centre d’hébergement d’urgence, rappelant par un curieux retour de l’histoire les populations marginalisées établies sur la zone des fortifications, ces zoniers précisément immortalisés par Atget.

  • Grue déchargeant du charbon, quai de la Rapée
    Atget – 1898
    (Musée Carnavalet)

  • Port de la Rapée
    A droite, derrière le mur, l'institut-médico légal

Port de la Râpée

La voie expresse a remplacé les docks d’autrefois.  A la fin du XIXème siècle, le trafic et l’activité des ports de Paris étaient très intenses ; toutes sortes de matières et de matériaux y étaient déchargés : le vin comme au port de Bercy, le bois, la pierre et le sable comme au port Henri IV, le charbon comme ici sur la photo prise par Atget quai de la Râpée.

Aujourd’hui plus rien n’évoque le charbon port de la Râpée où le long du quai sont amarrés des bateaux restaurants offrant terrasses et salons confortables, comme ici un bateau que l’on peut réserver pour des soirées.    

Quai de la Râpée évoque pour moi mes débuts professionnels à IBM lorsque je travaillais à Rives de Seine au septième étage de cette tour qui s’élève près de la gare de Lyon. Comme je vivais à cette époque rue de Tolbiac, je prenais la ligne de métro 5 et je me souviens de la courbe que suivait la rame au niveau de l’institut médico-légal.  Si le quartier autour de la Gare de Lyon a beaucoup changé et continue d’évoluer, cette partie au niveau du viaduc d’Austerlitz est resté la même telle que la décrit Léo Mallet dans Brouillard au pont de Tolbiac :
« Encore quelques mètres sous terre, pour passer sous le pont d’Austerlitz, et le train, revenu en surface, prit la courbe, contourna les bâtiments en brique de l’institut médico-légal, sinistres seulement par la représentation qu’on s’en fait, mais d’aspect aussi pimpant et jovial que le célèbre docteur Paul lui-même, grand prêtre de ces lieux – et s’engagea en grondant sur le viaduc métallique qui enjambe la Seine. »   

  • Viaduc d'Austerlitz -
    Construit en 1903 par les ingénieurs Biette et Bien-venüe

  • Viaduc d'Austerlitz -
    allie prouesse technique et élégance dans le moindre détail.

  • Pilier Viaduc d'Austerlitz -

Restons sur le port de la Râpée puis celui de Bercy jusqu’au Ministère des Finances qui s’avance vers le pont de Bercy. De l’autre côté de la Seine, les immeubles modernes se succèdent : Bâtiment ceinturé en vert fluo de la Cité de la Mode et du design, Immeuble Fulton reconnaissable à ses balcons de verre dichroîque, la BnF avec ses quatre tours en forme de livre ouvert conçu par Dominique Perrault. 

  • Cité de la Mode et du Design

  • Immeuble Fulton

  • Pont de Bercy
    A gauche Ministère des Finances
    A droite BnF

Longeons le Ministère et le palais Omnisport de Bercy aux façades recouvertes de gazon. Après l’avoir contourné, nous entrons dans le parc de Bercy.

  • Cour Dessort - Entrepôts de Bercy
    Atget – 1913
    (Ville de Paris)

  • Parc de Bercy – Les grandes pelouses
    Au fond la Cinémathèque française

Parc de Bercy

Parc de Bercy

Les ginguettes de Bercy accommodaient un grand nombre de plats au vin et à l’échalote comme la fameuse entrecôte Bercy servie grillée ; les échalotes sont d’abord réduites dans du vin blanc auxquelles on ajoute du jus de citron, du persil haché et enfin du beurre que l’on incorpore peu à peu en tournant sans cesse. Puis la sauce onctueuse est enrichie d’un peu de moelle … Une autre recette rappelle aussi l’ancienne activité des entrepôts de vin : celle de l’entrecôte sauce marchands de vin, elle aussi à l’échalote mais là avec du vin rouge, de préférence corsé.

Quelques noms autour du parc évoquent encore cette activité avec la rue de Pommard, le passage Saint-Emilion, la rue de Chablis. Mais à la place des chais et des caves où étaient entreposés les tonneaux de vin, ne subsiste qu’un vaste parc, dit « jardin de mémoire ». Divisé en trois parties bien distinctes, il a gardé la structure des anciennes voies qui portaient toutes le nom d’une commune productrice de vins ; y subsistent également quelques rails sur lesquels on transportait les tonneaux. Il a également conservé les deux cents platanes centenaires complétés par plus de mille nouveaux arbres d’essences diverses. Les quatre cents pieds de vigne vendangés chaque automne complètent le souvenir du lieu ancien.

La première partie devant le Palais Omnisports est la moins attrayante. S’y déploient les « grandes pelouses », plutôt prairie au mieux ou paillasson au pire dont les étendues plus ou moins bien entretenues sont découpés selon le quadrillage ancien des rues. La cour Dessort photographiée par Atget devrait à peu près se trouver aujourd’hui entre la passerelle Simone de Beauvoir et la cinémathèque française, installée dans l’ancien Centre Américain construit par Franck Gehry. Autrefois, cette rue ouverte en 1878 se situait entre la rue du Port-de-Bercy et la rue de Cognac. Dessort était un propriétaire d’entrepôt de vins. 

  • Rue Laroche – Entrepôts de Bercy
    Atget - 1913
    (Ville de Paris)

  • Parc de Bercy – Les Parterres
    Maison du Jardinage et les treilles

Rue Laroche – Entrepôts de Bercy
Atget – 1913
(Ville de Paris)

La seconde partie du parc, très bucolique, est agencée autour de neuf parterres avec en son centre la maison du jardinage. Les treilles, protégées de l’avidité des merles par de fins filets, rappellent la vocation ancienne du site.

Aujourd’hui la rue Laroche photographiée par Atget doit approximativement se trouver dans l’axe d’une des deux passerelles qui enjambent la rue Joseph Kessel. Autrefois cette rue située entre la rue Léopold et la rue de Blaye avait été ouverte vers 1815 par un négociant en vins originaire de Laroche-Saint-Cydroine dans l'Yonne.

  • Rue Laroche –
    Entrepôts de Bercy
    Atget - 1913
    (Ville de Paris)

  • Parc de Bercy -
    Les Parterres

  • Ancien plan des Entrepôts de Bercy avant leur destruction

Situé dans la troisième partie du parc, le  jardin romantique est organisé autour d’un plan d’eau dont les bassins sont occupés par des canards, des tortues ; j’y ai même vu un héron s’emparer d’un poisson, vue oh combien rare dans Paris !

  • Halles aux vins des entrepôts de Bercy
    cour Saint-Emilion
    Atget
    (Musée Carnavalet)

  • Bercy Village
    Anciens chais de la
    cour Saint-Emilion

  • Pavillons de Bercy
    Bâtiments Lheureux

Lorsque nous sortons du Parc, nous débouchons (si l’on peut me permettre cette expression) sur les anciens chais de la cour Saint-Emilion  qui abritent désormais des boutiques et des restaurants.

Le passage Saint-Emilion débouche rue des Pirogues de Bercy où nous pouvons voir les chais Lheureux également sauvés  de la destruction des entrepôts. Ces pavillons en pisé abritent le musée des Arts Forains ainsi qu'une école de Boulangerie Pâtisserie.

Cette rue nous rappelle la découverte faite à Bercy des pirogues datant du quatrième millénaire avant J.C. qui sont conservées au Musée Carnavalet.

Tunnel des Artisans
rue Baron-le-Roy
(Août 2017)

La promenade peut s’arrêter là. Vous pourrez prendre soit le bus de la ligne 24,  rue des Terroirs de France, qui vous permettra une agréable traversée de Paris ou soit le métro à la station Cour Saint-Emilion.

Pour ma part lors de ma dernière visite dans le quartier en août 2017, j’ai eu la curiosité de pousser un peu plus loin dans la rue Baron le Roy, afin de me rendre compte sur place où en était le projet de démolition du Tunnel des Artisans, menacé par la construction de 4000 nouveaux logements. Bien que l’activité y semble arrêtée, le collectif  Baron Le Roy continue d’être en discussion avec la mairie afin d’étudier le maintien d’une partie de ce tunnel installé sous l’ancienne gare de la Râpée. Ce tunnel a abrité depuis 1841 des activités artisanales en leur prodiguant les bénéfices d’un réfrigérateur naturel puisque la température entre 10 et 12° toute l’année y est constante. Il a également servi de décor pour plusieurs scènes du film "Papy fait de la résistance". Titre bien prémonitoire pour cette affaire à suivre …

  • Porte de Bercy
    Zone de fortifications
    Atget 1910-1913
    (Musée Carnavalet)

  • Bastion 1
    Anciennes fortifications de Thiers
    Rue Robert Etlin
    (Août 2017)

  • Fortifications
    Porte de Bercy
    Atget
    (Musée Carnavalet)

  • Bastion 1
    Anciennes fortifications de Thiers
    Rue Robert Etlin
    (Août 2017)

Fortification Porte de Bercy - Rue Robert Etlin

J’ai eu ensuite l’envie de satisfaire une autre curiosité et d’aller voir où en était le projet autour du bastion 1 des anciennes fortifications de Paris. Le bus de la ligne 24 ne s’y arrêtant plus compte tenu du chantier lié à la construction du centre d’hébergement pour sans-abris, j’ai dû emprunter un chemin qui s’ouvre entre la rue Baron le Roy et le boulevard Poniatowski.

Le Bastion 1, inscrit aux monuments historiques  est le seul vestige de l’enceinte de Thiers qui subsiste dans sa quasi-intégralité avec sa casemate. Ce fragment d’enceinte, petit polygone long d’une centaine de mètres devait sa survie, disait-on jusqu’à présent, grâce à l’exigüité de la parcelle, trop petite pour y recevoir des constructions de type HBM (Habitations Bon Marché) construites à l’emplacement des fortifications détruites en 1919.  Aujourd’hui, il semble suffisant pour y recevoir un centre d’hébergement. Coincé entre les triages ferroviaires et les entrepôts, l'’endroit est peu propice à la promenade;  l’air qu’on y respire est saturé de la pollution émanant du périphérique et du gigantesque échangeur de Bercy tout proche.  Seule mon obsession à  partir sur les pas d’Atget et la curiosité de l’insolite m’ont incitée à venir jusqu’ici ici.

Tous droits réservés - Année 2017 - Auteur texte et photos Paris d'aujourd'hui : Martine Combes