Montmartre

.

Partons aujourd’hui en promenade dans le village de Montmartre, devenu horriblement touristique, mais resté cependant cher à mon cœur car il évoque mon enfance, quand l’affluence y était moins grande.
Tous les jours, je voyais le Sacré-Cœur surplombant la rue des Martyrs telle une énorme pavlova mousseuse. Dès les beaux jours, Montmartre était un des buts de promenade favoris. Nous entamions la montée de la rue des Martyrs, bifurquions avenue Trudaine, traversions le square d’Anvers et entrions dans un autre village que le mien avec la démarcation très marquée par le boulevard Rochechouart. Nous montions la rue de Steinkerque qui à mon époque était surtout envahie par les étals colorés des marchands de tissus, aujourd’hui remplacés par de hideux magasins de souvenirs fabriqués loin de Paris et de la France. Si la promenade était avec ma mère, nous montions tranquillement par le square du Sacré-Cœur qui exhalait de fortes odeurs de buis ; si la promenade était avec mon arrière grand-mère ou avec ma chère Suzanne, la montée se la coulait plus douce et plus rapide par le funiculaire. Plus tard, adolescente, j’y montais un soir par semaine avec mon amie Sylvie où nous arrivions naturellement échauffées pour notre cours de danse contemporaine, avenue Junot.

Mais laissons-là mes souvenirs pour aborder plus précisément cette promenade dont le circuit permettra une montée plus en douceur et progressive par la rue Lepic, les raides escaliers n’étant empruntés qu’à la descente. Nous partirons du boulevard de Clichy où nous passerons devant ce grand emblème de Paris qu’est le Moulin Rouge. Nous monterons la rue Lepic si vivante avec ses commerces, cafés et restaurants dont l’atmosphère me rappelle celle de la rue des Martyrs pour voir les deux moulins de la Galette, vestiges de ceux qui existaient autrefois sur la butte parfaitement exposée aux vents. Arrivés sur la Butte, nous circulerons dans des rues qui ont été fréquentées et immortalisées par de nombreux peintres et artistes. Nous rejoindrons le parvis du Sacré-Cœur, point le plus haut de Paris, avant de redescendre en direction du boulevard Rochechouart.

Les photos prises par Atget évoquent très bien le caractère de la Butte lorsque Montmartre était un village aux vieilles maisons rustiques à la fois lointain et proche de Paris. Ce Montmartre d’alors, sauvage et raviné n’a rien de commun avec le Montmartre d’aujourd’hui un peu truqué et muséifié à l’usage de la manne touristique.
Lors de notre parcours, nous nous arrêterons plus particulièrement sur les lieux photographiés par Atget:

-  Boulevard de Clichy
-  Rue Lepic
-  Rue de Norvins
-  Rue de l’Abreuvoir
-  Rue Saint-Vincent
-  Rue des Saules
 - Rue Cortot
-  Rue du Mont-Cenis
-  Rue Saint-Rustique
-  Rue du Chevalier de la Barre
-  Place du Tertre
-  Rue du Calvaire
-  Place Charles Dullin
-  Boulevard de Rochechouart

Boulevard de Clichy

Moulin Rouge
86, bvd de Clichy
Atget – 1910/1912
(BNF)

Nous descendrons à la station de métro Blanche afin de commencer notre promenade boulevard de Clichy.

Avec le boulevard Rochechouart qu’il rejoint au croisement avec la  rue des Martyrs, le boulevard Clichy est à l’emplacement de l’ancienne enceinte des Fermiers généraux. Peu agréables malgré l’effort d’aménagement du vaste terre plein central agrémenté d’arbres, de bancs et de pistes cyclables, ces deux artères bruyantes à quatre voies dégagent l’atmosphère toujours un peu miteuse  et  louche des  peep-shows et des sex-shops de ce quartier de Pigalle. Nous quitterons ce boulevard du sexe dès que nous aurons passé le Moulin Rouge qui attire toujours de nombreux touristes, le temps d’une photo ou le soir pour le dîner spectacle.


Le Moulin-Rouge ouvert en 1889 a été décoré par Willette, qui eut le square du Sacré-Cœur à son nom jusqu’en 2004, depuis lors rebaptisé en mémoire de Louise Michel.
Ce lieu de renommée mondiale a été immortalisé par de nombreux tableaux et de films. Tout le monde a en tête les peintures de Toulouse Lautrec et le film de Jean Renoir évoquant les danseuses de french-cancan aux noms suggestifs : la Goulue, Valentin le Désossé, la môme Fromage, Grille d’Egout, Rayon d’Or,  … Plus tard, de grands noms du music-hall s’y produisirent : Mistinguett, Joséphine Baker, Line Renaud …

Collage Prévert
Le Christ du Moulin Rouge

Ayons une pensée pour Jacques Prévert et Boris Vian qui partagèrent dans la toute proche Cité Véron une terrasse surplombant le Moulin Rouge. L’anticlérical Prévert aimait réaliser des collages et l’un d’eux particulièrement blasphématoire représente le Christ cloué sur les ailes du Moulin Rouge .

En descendant le boulevard que nous quitterons à gauche rue Coustou, notre chemin est jalonné de sex-shops aux lourds rideaux tirés.  L’industrie du sexe est de temps en temps remplacé par d’autres commerces tel que ce Monoprix qui s’élève à la place de deux cabarets jumeaux du Ciel et de l’Enfer, détruits en 1950. Reçus au Ciel par des moines et des anges, les clients étaient installés dans la salle du banquet céleste pour y boire la coupe sacrée de bière ou de cerises à l’eau de vie. Puis menés à l’étage, dans un décor d’étoiles pour assister à des représentations « célestes » ou plus lestes. A l’inverse, le cabaret voisin, l’Enfer, d’un rouge sanglant, avalait les damnés par la gueule béante d’un démon. Le bock de bière ou d’autres alcools, « poisons » et « philtres de sorcières » étaient servis dans une grotte, puis le client était emmené dans l’antre de Satan pour assister à des spectacles diaboliques …   

Après le Moulin Rouge, allons voir le moulin de la Galette, ancien vrai moulin celui-là  ! Pour cela, tournons à gauche dans la rue Coustou pour rejoindre la rue Lepic.

  • L’Enfer, cabaret
    Atget – 1898
    (BNF)

  • Cabaret du Ciel,
    51, bvd de Clichy
    Atget
    (BNF)

  • Autres tentations ...
    53, bvd de Clichy

Rue Lepic

Le Blute-Fin
Le moulin de la Galette

Nous passons devant le café des 2 Moulins qui comme chacun le sait a été un des lieux de tournage du film Le fabuleux destin d’Amélie Poulain. Son nom fait référence aux deux  moulins de la rue Lepic: le Blute-Fin et le Radet, qui tous les deux furent baptisés tour à tour Moulin de la Galette. Mais la rue riche en commerçants et en références artistiques serpente longuement avant d’y arriver ; Si vous le souhaitez, à la hauteur de la rue des Abbesses, vous pouvez couper par la rue Tholozé où vous passerez devant une autre référence cinéphile ; non seulement à celle d’ Amélie Poulain, qui y va au cinéma le vendredi soir, mais aussi à celles de Cocteau et d’Abel Gance qui furent les parrains de la très jolie salle de cinéma du Studio 28.
Le moulin dit le Blute-Fin, construit en 1622, se dresse au sommet de la colline dans l’axe de la rue Tholozé. C’est ce vieux moulin devenu salle de bal dans les années 1870 que Renoir peignit dans son tableau au Bal du Moulin de la Galette, exposé au Musée d’Orsay. C'est le dernier vrai moulin de la Butte.
Un peu plus loin, au coin de la rue Lepic et de la rue Girardon, le second moulin, dit le Radet, fut déplacé pour être à hauteur du Blute-Fin en 1834 et entre les deux moulins une maison fut convertie en guinguette servant des galettes confectionnées avec la farine des deux moulins, d’où son surnom de Bal de Moulin de la Galette. En 1923, il y eut un projet de déménagement qui fut abandonné pour ne pas endommager le moulin. Le moulin resta à son emplacement, sur un nouvel immeuble qui servit de studio de télévision, puis plus tard il fut une deuxième fois remonté sur le nouveau restaurant. Restauré en 1978 (ses ailes l'ont été en 2001), il ne tourne plus. Sur la photo d'Atget prise en 1899, le Radet était au même endroit qu'aujourd'hui mais il était alors orienté face à la rue Lepic.

Prenons la rue Girardon jusqu’à la rue Norvins à droite. Contournons le vaste immeuble où vécut Céline de 1941 à 1944. Montons la rue de Norvins. Arrivés après la place Marcel Aymé où son  passe-muraille surgit du mur et à peu près au niveau de la folie Sandrin, nous voyons surgir le dôme du Sacré-Cœur derrière les immeubles.   

  • Le moulin Radet et le bal du Moulin de la Galette
    rue Lepic
    Atget – 1899
    (Site Vergue)

  • Le moulin Radet - Moulin de la Galette
    rue Lepic

Le Sacré-Coeur, vu de la rue Norvins

Rue Norvins
Atget -1899
(Musée Carnavalet)

Pour les amoureux de passage à Paris, le Sacré-Cœur a une allure de Taj-Mahal.
Pour les catholiques pratiquants, il est un lieu de pèlerinage.
Quoiqu’il en soit, il est le deuxième site religieux de Paris le plus visité après celui de Notre-Dame de Paris.

Officiellement la construction de la Basilique est liée à un vœu national émis en décembre 1870 suite à la défaite contre la Prusse pour que Paris soit délivré des occupants prussiens.
Plus controversé est le choix de la colline de Montmartre pour l’emplacement de la basilique, lequel pour beaucoup se serait inscrit dans la volonté d’instaurer un « ordre moral » suite aux évènements de la Commune de Paris qui démarrèrent le 18 mars 1871 précisément à Montmartre. Une insurrection y éclate lorsque les troupes viennent y récupérer les canons de l’armée. Rapidement l’insurrection gagne les quartiers populaires. Le gouvernement Thiers qui a quitté Paris pour gagner Versailles est rejoint par les Parisiens des quartiers aisés. L’effervescence politique est alors grande et la Commune finalement proclamée s’organise. De son côté l’armée de Thiers passe à l’action et les troupes entrent dans Paris le 21 mai. Débute alors la Semaine Sanglante, où de terribles affrontements vont mettre fin à la Commune. C’est lors de cette semaine que de nombreux bâtiments parisiens tels que l’Hôtel de Ville et le Palais des Tuileries furent détruits et incendiés.
En mai 1873, le gouvernement de Mac-Mahon instaure  l’Ordre Moral et c’est dans cet esprit que le 23 juillet 1873,  l’Assemblée nationale adopte une loi déclarant d'utilité publique la construction d'une basilique dédiée au Sacré-Cœur sur la colline de Montmartre.


En 1893, dans le dernier volume de la trilogie Les trois Villes : Paris, Emile Zola a exprimé son désaveu de l’Ordre Moral et du Vœu National. Un des personnages, Guillaume Clément exprime ainsi son grand malaise :
« Ah ! ils ont bien choisi leur emplacement, et quelle stupidité de  leur avoir laissé prendre ! … Je ne connais pas de non-sens plus imbécile, Paris couronné, dominé par ce temple idolâtre, bâti à la glorification de l’absurde. Une telle impudence, un tel soufflet donné à la raison, après tant de travail, tant de siècles de science et de lutte !  ».

Pour l’Américain Henry Miller, qui dans son roman autobiographique Printemps Noir, se moquait lui « de savoir  si le monde aille à sa ruine ou non, qu’il ait raison ou tort, soit bon ou mauvais », le Sacré-Cœur, loin d’évoquer un épisode politique lui apparait sous la forme d’une vision érotique :
« Et puis, brusquement, presto ! Tout change ! Brusquement, la rue ouvre grand ses mâchoires, et là, comme un blanc rêve immobile, comme un rêve enchâssé dans la pierre, le Sacré-Cœur se dresse. Fin d’après-midi, et sa pesante blancheur est accablante. Blancheur pesante, somnolente, comme le ventre d’une femme harassée. Le sang bat – flux et reflux - les contours  s’estompent de lumière douce, les vastes coupoles houleuses tendues comme des seins érigés. »

Prenons sur notre gauche la rue des Saules.

  • Le Sacré-Cœur
    vu de la rue Norvins
    Atget - 1922
    (Carnavalet)

Coin rue de l'Abreuvoir et des Saules

Dans son livre de souvenirs, Montmartre à vingt ans, Francis Carco raconte ses amitiés de jeunesse avec les peintres et les poètes de sa génération quand ils partageaient la même et fraternelle misère. Leur bande se retrouvait très souvent au Lapin Agile et dès les beaux jours se retrouvait sur la petite terrasse de l’auberge autour d’une grande table abritée par l’acacia. Il raconte comment le peintre catalan Ramon Pichot fit l’acquisition de la petite maison au coin rue de l’Abreuvoir et des Saules :

« Pichot, à la longue silhouette d’un Quichotte authentique, apparaissait, chaussé d’espadrilles blanches : il avait déniché dans l’antre d’un antiquaire une toile de Zurbaran, s’en était séparé au prix fort et, sans s’étonner autrement de sa chance, avait acheté, à l’angle de la rue de l’Abreuvoir, une maisonnette dont il avait crépi lui-même l’humble façade d’un rose vif de bonbon anglais. »

                                                                           
Pour notre plus grand plaisir, cette bonbonnière croquée par Utrillo en 1909 est toujours délicieusement là. 

  • Coin, rue de l’Abreuvoir et des Saules
    Atget – 1925
    (MoMA)

Rue de l'abreuvoir

L’écrivain Mac Orlan, qui se passionna pour le cinéma et également pour la photographie vécut dans cette rue. J’ai bien évidemment une pensée spécifique pour cet auteur qui écrivit en 1930 ces lignes sur Eugène Atget :

« J’ai rencontré le père Atget, une fois par hasard. Il vendait à ce moment-là des portraits de boutiques et de filles pour servir de documents à des peintres. Cet ancien homme de théâtre était impénétrable. Tout d’abord parce que personne ne cherchait à le comprendre et à comprendre la profonde valeur de son œuvre. Atget était un homme de la rue, un artisan Poète des carrefours de Paris. Il n’annonçait pas son emploi par un chant approprié, mais on apercevait sa silhouette haute, un peu voûtée, portant un appareil sur trois pieds, entre la marchande des quatre saisons, le rempailleur de chaises, et le chevrier et sa flûte de Pan. Les modèles l’accueillaient avec amitié. Il travaillait et aimait les spectacles de son travail avec une tendresse qu’on pourrait comparer à celle du douanier Rousseau, en tenant compte toutefois, qu’Atget était un homme cultivé, c'est-à-dire parfaitement au courant des ressources des instruments et de la technique dont il se servait (…). Le Paris d’Atget n’est plus pour beaucoup parmi nous qu’un souvenir d’une délicatesse déjà mystérieuse. Il vaut tous les livres écrits sur ce sujet. Il permettra, sans doute, d’en écrire d’autres. »  

  • Rue de l’abreuvoir
    Atget 1899
    (BNF)

Monument à Steinlen
Square Joël le Tac
Place Constantin Pecqueur

Au bout de la rue de l’abreuvoir, nous arrivons sur l’étroite place Dalida, où un buste en bronze de la chanteuse s’offre aux mains de passants, sans doute persuadés d’en recevoir ainsi des pouvoirs magiques, ou bien qui se donnent l’illusion de caresser les nichons d’une célébrité.
Avant de prendre l’escalier  de la rue Girardon qui nous mène à la place Constantin-Pecqueur, arrêtons-nous devant le château des Brouillards. Autrefois, l’origine des brumes à cet endroit venait, dit-on, des vapeurs d’eau formées par le contact de sources avoisinantes avec l’air frais.  C’est la raison pour laquelle Mac-Orlan surnomma Montmartre le « quai des Brumes » où se situe son roman, notamment au Lapin Agile. L’adaptation du roman par Marcel Carné a transposé le lieu de l’histoire au Havre.

Arrivés sur la place Constantin Pecqueur, prenons à droite la rue Saint-Vincent.

Rue des Saules - Cabaret du Lapin Agile

En montant la rue Saint-Vincent, le cabaret du Lapin Agile est devant nous au coin de la rue des Saules. On ne peut pas manquer cette maison campagnarde à la palissade verte. En 1880, le caricaturiste André Gill peignit son enseigne figurant un gai lapin bondissant d’une casserole.  Le nom de ce coin fréquenté par tous les artistes bohèmes de cette époque passa du Lapin à Gill, au Lapin Agile.
Cette buvette qui eut auparavant des noms évocateurs : Au rendez-vous des Voleurs, puis Cabaret des Assassins gagna sa notoriété lorsqu’elle fut rachetée en 1902 par le chansonnier Aristide Bruant qui en confia la direction à Frédé. Cet endroit fut le rendez-vous des peintres et des poètes de la butte jusqu’à la première guerre mondiale et fut notamment fréquenté par les artistes du Bateau-lavoir tout proche : Picasso, Juan Gris, Braque, Max Jacob …
Cependant, n’allons pas nous imaginer un doux endroit bucolique,  à cette époque Montmartre était aussi le rendez-vous de toute une pègre. Le fils de Frédé se fit descendre d’une balle dans la tête, au comptoir même du cabaret, comme en un sinistre rappel du premier nom de l’établissement. Mac-Orlan dresse ainsi dans son livre de souvenirs sur Montmartre une longue liste d’exécutions parmi les habitués du Lapin.

  • Cabaret du Lapin Agile
    rue des Saules
    Atget
    (Musée Carnavalet)

  • Rue Saint-Vincent
    Atget – 1899
    (BNF)

Rue Saint-Vincent

Rue Saint-Vincent
Atget – 1899
(BNF)

Le vaste jardin de la maison d’Aristide Bruant était à l’emplacement des vignes, derrière le haut mur que l’on voit sur la photo prise par Atget. Avec un peu d’imagination et son portrait réalisé par Toulouse-Lautrec en tête, on peut se le figurer  parcourir cet espace, ses grosses bottes foulant les grossiers pavés, se tenir ici devant le Lapin Agile, emmitouflé dans son large macfarlane noir et son écharpe rouge, la tête coiffée d’un large chapeau de feutre.

Aujourd’hui, le vignoble de Montmartre a remplacé son jardin. A côté se trouve le jardin sauvage Saint-Vincent, plus espace sauvage que jardin de ville, avec sa mare peuplée de crapauds, son fouillis d’herbes folles et sa végétation de sous-bois. Est-il les soirs de brume et d’hiver envahis par les fantômes de ceux chantés par Bruant, ce peuple de bohèmes, de pauvres gens et de pauvres filles :

A' travaillait déjà pour vivre
et les soirs de givre,
dans l'froid noir et glaçant,
son p'tit fichu sur les épaules,
a' rentrait par la rue des Saules,
rue Saint-Vincent.

Rue des Saules

Rue des Saules
Atget – 1899
(BNF)

 Devant nous à l’angle de la rue des Saules et de la rue Saint-Vincent, s’étage la vigne du clos de Montmartre, plantée en 1933. Elle se trouve à l’emplacement du vaste jardin de la maison qu’occupa Aristide Bruant. Le terrain exposé au Nord n’a pas été choisi pour son ensoleillement mais est le résultat d’un plan de sauvegarde contre un projet immobilier. Sous l’action de Francisque Poulbot appuyée par la République de Montmartre, le terrain laissé en friche fut donc planté de vignes en perpétuant ainsi la tradition vinicole de la Butte. Lors de ma dernière promenade, trois personnes du service des parcs et jardins de la Ville de Paris étaient en train de tailler la vigne qui reçoit régulièrement les soins d’un œnologue et d’un vigneron des vignes de la Ville de Paris. Quand viendra le temps de la vendange, le raisin de cépages gamay et pinot noir sera amené dans les sous-sols de la mairie du XVIII° pour y être pressé et mis en bouteilles. Prenons la rue Cortot à gauche.

Rue Cortot

Rue Cortot
Atget – 1899
(Musée Carnavalet)

Sur la gauche s’élève une vieille maison qui abrite le musée de Montmartre sur lequel j’ai lu de nombreuses critiques. Pour ma part, même si les collections de tableaux n’atteignent pas la qualité d’autres grands musées de la capitale et si certaines salles peuvent offrir un intérêt limité aux érudits, je le trouve néanmoins attrayant car il raconte de façon très vivante la vie de la Butte et de ses artistes d’autrefois. On y trouve quelques images de la Commune,  de belles photos, la reconstitution d’un vieux bistro de la rue de l’Abreuvoir, le théâtre d’ombres du Chat Noir, l’atelier de Suzanne Valadon qui l’habita avec son fils Maurice Utrillo. Cette ancienne maison servit aussi de logement à d’autres artistes :  Renoir, Raoul Dufy … Le jardin donnant sur la vigne de Montmartre est un havre de paix où il est très agréable de se reposer.

La maison à côté, un peu plus loin sur la gauche que l’on voit sur la photo prise par Atget  est celle où vécut Erik Satie pendant huit ans de 1890 à 1898, où il composa de nombreuses partitions comme les Gnossiennes et d’autres partitions.Vraisemblablement en relation avec sa brève et tumultueuse passion qu’il connut avec  sa voisine Suzanne Valadon, il  y écrivit aussi Vexations, une œuvre inouïe à un motif à jouer 840 fois de suite et qui selon l’exécution du pianiste peut varier entre quatorze et vingt-quatre heures.

Au bout de la rue, le curieux édifice crénelé et surmonté d’un chemin de ronde est le deuxième château d’eau construit à  Montmartre en 1927, le premier ayant été édifié rue Norvins en 1835 et qui abrite aujourd’hui la Commanderie des vignes du Clos-Montmartre. Son architecture, tout comme celle du réservoir construit en 1887 se marie avec celle de la basilique toute proche. Au pied des escaliers du Sacré-Cœur, l’usine élévatrice de la place Saint-Pierre alimente le réservoir d’une capacité de onze mille mètres cubes.
Le château d’eau est entouré par un petit square essentiellement fréquenté par le personnel de l’Eau de Paris qui assure la surveillance et la maintenance du château d’eau. Il est agréable de faire une pause dans ce square qui rend hommage à Claude Charpentier qui fut très actif dans la protection de secteurs parisiens dans le cadre de la loi Malraux. C’est lui qui restaura le Bateau Lavoir en 1978 après un incendie qui le dévasta en 1970. 

Rue du Mont-Cenis

En 1921, cinq ans avant sa destruction, Atget a photographié au 18, rue du Mont-Cenis la cour d’une rustique maison réputée pour être celle de Mimi Pinson. On voit cette modeste maison vue de la rue du Mont-Cenis sur une autre photo prise en 1899, ainsi que sur de nombreux tableaux peints par Maurice Utrillo. La maison de Mimi Pinson, reconnaissable à ses deux mansardes était accolée à une haute maison où Hector Berlioz a vécu.
Personnage d’un poème et d’un conte d’Alfred Musset, Mimi Pinson est une jeune fille, pauvre et jolie. De la condition de celles que l’on appelait au 19ème siècle les grisettes, du nom de ces jeunes filles, travaillant comme petites mains pour les couturiers et dont les robes étaient d’étoffe grise. A-t-elle vraiment existé ? A-t-elle réellement vécu dans cette maison ? Pour moi la question est sans importance. Il me plait de penser que Musset se soit inspirée d’une jeune montmartroise au profil affirmé de jolie fille libre et républicaine ayant participé aux Trois Glorieuses, tout un symbole pour ce village de Paris.


Mimi n'a pas l'âme vulgaire,
Mais son coeur est républicain :
Aux trois jours elle a fait la guerre,
Landerirette !
En casaquin.
A défaut d'une hallebarde,
On l'a vue avec son poinçon
Monter la garde.
Heureux qui mettra sa cocarde
Au bonnet de Mimi Pinson !

La maison de Berlioz a été remplacée par un immeuble dont les bas-reliefs appliqués sur la façade rappellent l’ensemble de ces deux maisons où vécut Berlioz de 1834 à 1837 et soit disant Mimi Pinson que l’on retrouve dans plusieurs tableaux peints par Maurice Utrillo.

Poursuivons à droite la rue du Mont-Cenis jusqu’à la rue Saint-Rustique qui date du Xème siècle.

  • Cour de la maison de Mimi Pinson
    18, rue du Mont-Cenis
    Atget – 1921
    (Musée Carnavalet)

  • Rue du Mont-Cenis
    Atget – 1899
    (BNF)

  • 22, Rue du Mont-Cenis

  • Détail bas relief immeuble
    22, rue du Mont-Cenis
    (emplacement maison où vécut Berlioz

  • Toile de Maurice Utrillo
    La maison de Mimi Pinson - 1914

Rue Saint-Rustique

Rue Saint-Rustique
Atget – 1899
(BNF)

Selon la légende, Rustique, fut avec Eleuthère les compagnons de martyre de Saint-Denis … et qui aurait ainsi donner le nom à Montmartre : mont des Martyrs (mons Martyrium). Néanmoins, l’étymologie du nom de Montmartre reste une controverse. D’autres attribuent l’origine du nom à mons Mercurii  (mont de Mercure) ou a mons Martis (mont de Mars) car au temps de l’occupation romaine, la butte était surmontée de deux temples consacrés à ces divinités.
En haut de la rue des Martyrs, une crypte, au 11, rue Yvonne le Tac, a été bâtie là où aurait eu lieu les décapitations de Denis, Eleuthère et Rustique. C’est aussi là que le fondateur de l’ordre des Jésuites,  Ignace de Loyola, prononça ses vœux le 15 août 1534 dans la chapelle attachée au Martyrium.   

Faisons demi-tour pour revenir sur nos pas rue du Mont-Cenis et prendre sur notre gauche la rue du Chevalier de la Barre.

Rue du Chevalier de la Barre

Devant nous se dressent les blanches coupoles de la basilique. Sur notre droite, se dresse le clocher d’une des plus anciennes églises de Paris, Saint-Pierre de Montmartre dont l’entrée se trouve près de la place du Tertre au 2, rue Mont-Cenis.
Vision à son comble lorsque l’on sait que le Chevalier de la Barre a été supplicié à l’âge de vingt ans pour avoir montré une attitude irrespectueuse envers la religion. Montmartre est un curieux endroit où le square Louise Michel est en bas de la basilique et où la mémoire du ce jeune noble torturé, puis décapité et enfin brûlé y est honorée d’une rue et d’une statue dans le square Nadar tout proche.
Le Chevalier de la Barre n’est cependant pas né du temps de l’inquisition, non, il est né en 1765 à Férolles ; orphelin de mère à neuf ans, puis de père à dix sept-ans il est  envoyé chez  une cousine, abbesse à Abbeville. Son jugement en plein siècle des Lumières ? « Convaincu d'avoir passé à vingt-cinq pas d'une procession sans ôter son chapeau qu'il avait sur sa tête, sans se mettre à genoux, d'avoir chanté une chanson impie, d'avoir rendu le respect à des livres infâmes au nombre desquels se trouvait le dictionnaire philosophique du sieur Voltaire » …
C’est en 1885 que cette voie la plus proche du Sacré-Cœur fut nommée en souvenir du jeune homme par le conseil municipal de Paris.  

Tournons à droite dans la rue du Cardinal Guibert pour profiter de la vue depuis le parvis du Sacré-Cœur. C’est toujours un beau spectacle que de voir cette mer de toits grise ou bleue selon la lumière même si de plus en plus de voiles de pollution viennent en perturber la vision. Certains toits et dômes sont parfaitement reconnaissables, d’autres moins faciles à identifier.


Revenons rue du Cardinal Guibert et rendons-nous maintenant place du Tertre par la rue Azaïs, puis à droite par la rue du Mont-Cenis et à gauche la rue Norvins.

  • Rue du Chevalier de la Barre
    Atget 1924/1926
    (BNF)

Place du Tertre

« Une place carrée de petite ville de province, plantée d’arbres maigres, bordée d’humbles boutiques, la fruitière, l’épicier, le boulanger. »
Paris – Zola

On retrouve cette atmosphère de place provinciale sur la photo prise par Atget en 1924. Pour trouver ce calme, peut-être faut-il venir au petit matin car le reste du temps elle est encombrée par une foule de  touristes déversés à flots par les cars et par de pseudo-artistes qui cherchent à leur tirer leur portrait ou plutôt leur soutirer des euros ou des dollars en échange d’une caricature, de l’ombre découpée de leur profil ou d’une quelconque croûte peinte en Chine et signée Dutertre. A ce propos, le Conseil de Paris, alarmé par la présence de caricaturistes à la sauvette et des contrefaçons venues d’Asie, a modifié le règlement datant de 1990 concernant les 298 peintres officiels de la place du Tertre reconnaissables à leur badge et qui ne peuvent occuper un emplacement qu’après avoir passé une épreuve pratique.
A l’emplacement des humbles commerçants décrits par Zola, les restaurants et cafés alignent leurs terrasses le plus souvent bondées. Pas un rez-de-chaussée qui ne soit dévolu à la consommation de masse, sur la place et dans les rues alentour. Les photos d’Atget qui nous accompagnent ici sont d’autant plus émouvantes.

Mise à jour avril 2018: Je suis ecoeurée de voir trois grandes terrasses moches et criardes, ressemblant à des tentes de cirque, installées par les cafés de la place où se tenaient autrefois les peintres ... seuls quelques portraitistes et caricaturistes occupent le pourtour de la place.  Une honte ... 

Contournons la place jusqu’au n°11 où nous débouchons sur la place du Calvaire, la plus petite place de Paris.   

  • Place du Tertre
    Atget – 1924
    (BNF)

Rue du Calvaire

Maison
2, rue du Calvaire
Atget – 1921
( Musée Carnavalet)

« Cette rue qui n’est qu’un escalier interminable, d’une raideur d’échelle. »

Paris – Zola

Il vaut mieux effectivement la descendre car la monter peut être un … calvaire.  Cependant, elle ne doit pas son nom à la difficulté qu’on peut avoir à la gravir, mais à la présence du calvaire dans l’église Saint-Pierre. Le chemin le plus escarpé de la Butte a été aménagé en escaliers vers 1845.  

Aujourd’hui plutôt envahie par la végétation des jardins cachés à la vue par de hauts murs, elle prend un caractère rustique et souriant qu’elle n’avait pas autrefois.

Empruntons la rue Gabrielle à gauche, puis la rue Drevet et ses escaliers, et à gauche la rue des Trois-Frères jusqu’à la rue Dancourt pour gagner la place Charles-Dullin où se trouve le théâtre de l’Atelier.

Place Charles Dullin - Théâtre de l'Atelier

Quand Atget pris la photo de la place en 1900, elle s’appelait alors place Dancourt et le théâtre inauguré en 1822 était alors le théâtre de Montmartre. Parce qu’il connaissait le lieu mystérieux où Louis XVI et Marie-Antoinette avaient été enterrés, l’artiste de vaudeville Séveste avait obtenu de Louis XVIII le privilège de pouvoir exploiter les théâtres en dehors des murs de Paris. Il lança ainsi plusieurs théâtres tels que les théâtres de Montmartre, de Montparnasse, des Batignolles, de Belleville et  de Grenelle.
C’est en 1957 que la place prit le nom de Charles Dullin en hommage à celui qui reprit le théâtre de Montmartre en 1922 et qui en fît le théâtre de l’Atelier. Grand comédien, il fonda le cartel des  quatre avec trois autres grands metteurs en scène et directeurs de théâtre : Louis Jouvet, Georges Pitoëff et Gaston Baty et sut insuffler un nouveau courant théâtral en privilégiant le texte mis en avant dans des mises en scène modernes.
Son successeur, un grand nom du théâtre, André Barsacq, y fit jouer des auteurs contemporains tels que Jean Anouilh, Marcel Aymé, Paul Claudel, Félicien Marceau, Françoise Sagan. Dans le sillage du cartel des quatre, il fonda en 1958 le nouveau cartel avec Jean-Louis Barrault, Jean Mercure et Raymond Rouleau.  

Revenons rue Dancourt et continuons jusqu’au boulevard Rochechouart.

  • Théâtre de Montmartre, fondé en 1815 par Seveste
    Place Dancourt
    Atget – 1900
    (Carnavalet)

  • Théâtre de l’Atelier
    Place Charles-Dullin

Boulevard de Rochechouart

Détail de la façade de l’Elysée Montmartre

La partie de ce boulevard que nous allons emprunter jusqu’à la station de métro Anvers est bordé d’un côté de boutiques bon marché pour touristes et de l’autre par le lycée Jacques Decourt. Ce boulevard, dans la continuité du boulevard de Clichy que nous avons pris au début de la promenade a été construit à l’emplacement de l’enceinte des Fermiers généraux (ou mur de l’octroi). Curieusement, il a gardé en quelque sorte une vocation de barrière que j’ai toujours connue car en le traversant j’ai toujours ressenti une sensation de frontière. Non seulement, parce qu’il marque véritablement une limite administrative entre le 9ème et le 18ème, une limite physique entre Montmartre et le reste de Paris, mais aussi parce qu’il s’en dégage une nette sensation de deux mondes complètement différents.

Au n°80, le Trianon lyrique a été construit sur l’ancien jardin de l’Elysée-Montmartre,  qui se situe à côté au n° 72 et qui était l’un des plus anciens bals de Montmartre et où se produisirent avant le Moulin Rouge, les célèbres « chahuteuses » de Montmartre, Grille d’Egout et la Goulue.
C‘est précisément pour concurrencer le Moulin Rouge que fut ouvert le Trianon Concert. Pour cela, on supprima le jardin de l’Elysée Montmartre.
Fort bien restaurés, Le Trianon et l’Elysée Montmartre sont aujourd’hui des salles de spectacles et de concerts.

  • Théâtre-concert du Trianon
    84, boulevard de Rochechouart
    Atget – 1900
    (Carnavalet)

  • Le Trianon
    80, boulevard Rochechouart

Tous droits réservés - Année 2016 - Auteur texte et photos Paris d'aujourd'hui : Martine Combes